Béton autonivelant

Qu’est-ce que le beton autonivelant ?

Le béton autonivelant (encore appelé béton auto nivelant ou beton autolissant) est un béton très fluide qui a pour particularité d’être mis en place par le seul effet de la gravité, sans vibration ni compactage mécanique.

Appartenant à la famille des bétons autoplaçants (BAP, terme générique), le béton autonivelant (BAN) est un type de béton spécifiquement utilisé pour les applications horizontales (dallages, planchers, …).

Ce niveau de fluidité élevé a longtemps été recherchée dans le domaine de la construction en béton afin de simplifier la mise en œuvre et éviter les rajouts d’eau sur chantier. En effet il était fréquent de rajouter de l’eau au béton afin d’obtenir un béton plus fluide seulement l’excès d’eau est très néfaste pour la durabilité et la résistance du béton. C’est pourquoi le BAP est une véritable innovation. Apparu dans les années 1980 au Japon, il s’est développé en France à la fin des années 1990. Si le béton autoplaçant possède une telle fluidité, c’est en grande partie grâce aux adjuvants superplastifiants qui le composent.

 

Domaines d’application

Le béton autonivelant est destiné à la réalisation des dalles (dallages sur terre-plein, dalles de compression sur planchers poutrelles hourdis…) et des fondations superficielles (semelles filantes par exemple) pour tous types de bâtiments, tels que :

  • maisons individuelles ;
  • logements collectifs ;
  • immeubles de bureaux ;
  • bâtiments scolaires ;
  • locaux divers …

Avantages

  • Le béton autonivelant se compacte sous son propre poids, par le seul effet de la gravité. Il n’y a donc plus besoin de le vibrer. La mise en œuvre est donc simplifiée, les conditions de travail sont améliorées et les nuisances sonores réduites.
  • Sa fluidité élevée permet de faciliter la mise en place du béton et de réduire la pénibilité du travail. Le béton autonivelant n’a pas à être tiré à la règle, mais simplement accompagné à l’aide d’une raclette.
  • Sa consistance fluide facilite ainsi le remplissage des coffrages, que ce soit en cas de forme complexe ou de béton armé présentant une densité de ferraillage importante.
  • Sa mise en œuvre rapide permet de réduire le temps de coulage.
  • Le béton autonivelant permet de supprimer l’opération de talochage et d’obtenir une très bonne planéité (généralement ≤ 5mm sous la règle de 2m). Ce niveau de planéité peut permettre de coller directement le carrelage sur la dalle béton sans avoir à faire un ouvrage intermédiaire (chape).
  • Limitation du nombre de points de déchargement grâce à la capacité d’écoulement naturel de ce béton, avec une diminution des circulations sur le chantier et une réduction des risques d’accidents.
  • Amélioration de la durabilité de l’ouvrage due au fait que ce béton soit plus compact, enrobe parfaitement les armatures et ne présente pas de défauts dus à une vibration insuffisante.
  • La fluidité élevée est obtenue grâce à une composition adaptée, sans les effets néfastes de l’ajout d’eau sur chantier (chute des résistances, fissuration, ségrégation, …).

Caractéristiques

Le béton autonivelant est un béton prêt à l’emploi conforme à la norme NF EN 206/CN. Sa classe d’affaissement est S5 avec un étalement au cône d’Abrams généralement supérieur à 600mm (voir notre article sur les classes de consistance du béton pour plus d’informations).
Tout en étant plus fluide qu’un béton traditionnel, le béton autonivelant présente également des propriétés mécaniques (résistance à la compression notamment) identiques aux bétons classiques, qui assurent la solidité des ouvrages.

La mise au point d’une formule de BAN est délicate. Elle résulte d’un compromis entre l’obtention d’un haut niveau de fluidité, tout en conservant une homogénéité (absence de ségrégation). Par rapport à un béton ordinaire, une formule de BAN se caractérisent par un plus faible rapport gravillon/sable (de l’ordre de 1), un dosage en liant (ciment + additions minérales) plus élevé (de l’ordre de 450 à 550 kg /m3), l’utilisation systématique d’un adjuvant superplastifiant et éventuellement un agent de viscosité.

Précautions d’emploi

Le BAN n’est pas adapté pour les surfaces dont les pentes sont supérieures à 1%.
  • Conception de l’ouvrage : respectez les règles de l’art, les règlementations et les recommandations en vigueur applicables à votre ouvrage (ce sont les mêmes que les standards habituels) : épaisseurs minimales, armatures et éventuels joints de fractionnement.
  • Préparation du support :
    • Prévoyez des coffrages solides, qui résisteront à la poussée du BAN.
    • Soigner l’étanchéité des coffrages. Toutes les précautions doivent être prises pour colmater les orifices supérieurs à 2mm.
    • L’eau stagnante doit être éliminée de la surface du support.
    • Pour les planchers, dans le cas où le matériau support serait absorbant, procéder à une pré humidification à l’eau afin de saturer le support.
  • Appliquer du béton autonivelant :
    • Evitez de réaliser votre coulage par temps de pluie.
    • A l’arrivée du camion toupie sur votre chantier, vérifiez que le chauffeur remalaxe bien le béton.
    • Le BAN est livré est prêt à l’emploi : n’y ajouter en aucun cas de l’eau ou un autre produit : celui-ci doit conserver toutes les caractéristiques garanties lors de sa fabrication en centrale à béton.
    • Lors du coulage (toupie ou pompe), veillez à limiter autant que possible la hauteur de chute du béton.
    • Couler le béton en plusieurs points de déchargement pour assurer une bonne répartition.
    • La vibration et l’utilisation d’une lisseuse mécanique rotative (hélicoptère) sont à proscrire.
    • Accompagner le béton et le niveler à l’aide d’une raclette pour atteindre le niveau souhaité en tous points.
    • Une fois le béton coulé, assurer le débullage et la planéité de la surface de BAN au moyen d’une barre de répartition, encore appelé barre à débuller. Utiliser cet outil en se déplaçant à reculons et en appliquant des mouvements verticaux de quelques centimètres d’amplitude sur la surface du BAN. Ce passage de la barre est exécuté successivement suivant deux directions perpendiculaires.
  • Finition : immédiatement après le 2ème passage de la barre à débuller, pulvérisez impérativement un produit de cure afin de protéger votre béton frais contre l’évaporation de l’eau en surface et ainsi minimiser le risque de fissuration.
  • Ponçage : En cas de pose ultérieure d’un revêtement de sol collé (carrelage, parquet, linoléum, …), le produit de cure devra être éliminé par ponçage mécanique de la surface au plus tôt 7 jours après le coulage du béton.

Cet article vous a-t-il été utile ?