Faire du béton à la bétonnière

Comment faire du béton à la bétonnière ?

Fabriquer du béton est une des activités de base de tout bricoleur averti. Si l’usage de la bétonnière met cette préparation à la portée de tous, certaines notions demeurent indispensables à la réussite de votre ouvrage.

Electrique ou thermique, la bétonnière est un outil à la fois simple, robuste et efficace. Son moteur assure la rotation à vitesse constante d’une cuve métallique munie de pales. En quelques minutes, vous effectuerez le mélange de sable, gravier, ciment, eau. Cela vous permettra d’ obtenir un béton qui servira de base à tous vos petits travaux de maçonnerie occasionnels.

Calculer le dosage béton est plus simple qu’il n’y parait.

Comment calculer les volumes de ciment, les volumes de sable, les volumes de gravier et le volume d’eau pour votre béton ?

Pour la plupart des ouvrages courants de maçonnerie en béton armé tels qu’une dalle, un escalier, un mur ou un poteau, il est d’usage de recourir à un dosage ciment de 350 kg/m3. Sous cette dénomination un peu barbare se cache une réalité plus simple : il faut un dosage ciment de 10 sacs de 35 kilos pour réaliser un 1m3 de béton standard. Pour réaliser du béton pour fondation non armée, un dosage de 300 kg peut être utilisé.

Ainsi, pour fabriquer par exemple 100 litres de béton à la bétonnière, il faudra préparer : 15 litres d’eau, 70 litres de graviers et 50 litres de sable (ou 120 litres d’un mélange à béton 0/20 contenant sable et graviers prémélangés) et un sac de 35 kg de ciment (liant hydraulique). Un seau de maçon gradué d’une contenance de 10 litres permet de facilement doser les constituants.

Voici les dosages indicatifs pour réaliser différents bétons et mortiers courants :

Mortier à maçonner (scellement, montage de mur en parpaing…) Béton armé (dalle, poteau, poutre, mur…) Béton pour fondations non armé Mortier de chape
Ciment adapté à l’exposition (ex : CEM II 32,5 R) 1 sac de 35 kg 1 sac de 35 kg 1 sac de 35 kg 1 sac de 35 kg
Sable 0/4mm * 10 seaux de 10 l 5 seaux de 10 l 7 seaux de 10 l 11 seaux de 10 l
Gravillons 4/20mm / 7 seaux de 10 l 9 seaux de 10 l /
Eau d’ajout 1,7 seau de 10 l 1,5 seau de 10 l 1,5 seau de 10 l 1,7 seau de 10 l
Volume fabriqué ∼ 90 litres ∼ 100 litres ∼ 130 litres ∼ 100 litres

* si le sable est humide, majorer les quantités de 10 à 20% pour tenir compte du foisonnement.

Quel matériel choisir ?

De 100 € à 10 000 €, il existe des bétonnières pour tous les budgets et tous les chantiers. Les plus onéreuses seront avantageusement louées plutôt qu’achetées pour des travaux ponctuels. Pour simplifier, il est possible de distinguer d’une part les bétonnières électriques d’une capacité de 60 à 350 litres et d’autre part les bétonnières à moteur thermique de 130 à 460 litres de volume :

  • Les bétonnières électriques sont plus légères et moins onéreuses. Elles sont par contre moins robustes et nécessitent la présence à proximité d’un branchement électrique, toujours source de danger sur un chantier.
  • Les bétonnières thermiques, plus lourdes et robustes mais autonomes et souvent tractables sur une attache remorque seront privilégiées pour un usage intensif. Elles sont les préférées des entreprises professionnelles. Bruit et gaz d’échappement les réservent cependant à un usage extérieur.

Il est bon de savoir qu’une bétonnière peut délivrer au maximum 80% de sa capacité en mélange béton. Ainsi, une bétonnière possédant une cuve de 140 litres ne possèdera en réalité qu’une capacité de malaxage d’environ 100 litres de béton (ce qui permettra d’utiliser un sac de ciment de 35 kg litres en entier par gâchée)

Les étapes à suivre pour réussir une gâchée à la bétonnière

1- Préparation

  • Vérifiez la bonne propreté de la cuve de la bétonnière.
  • La bétonnière doit reposer sur un sol plan et stable. Si nécessaire, calez là avec des bastaings en bois.
  • Placez les constituants (ciment, sable, gravillons, eau) à côté de la bétonnière.
  • Prévoyez à proximité un tuyau d’arrosage alimenté en eau pour nettoyer le matériel en fin de bétonnage.

2- Gâchage du béton

  • Mettez le moteur en marche.
  • A l’aide du volant inclinez la cuve à 45° par rapport à la verticale, tout en laissant tourner la cuve.
  • Dans la cuve en rotation, introduire successivement :
    • Un seau d’eau.
    • Puis le gravillon.
    • Puis le sable.
    • Puis le ciment (celui-ci doit se répartir uniformément avec le gravier et le sable).
    • Puis le complément d’eau, pour obtenir la consistance souhaitée, sans dépasser le dosage prévu.

Introduction des constituants dans la cuve de la bétonnière.

  • Continuer à malaxer pendant environ 2 minutes jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.
  • Une fois que le béton est prêt, basculer la cuve en rotation à l’aide du volant pour vider le béton dans une brouette et le transporter au point de coulage.

Vidange du béton dans une brouette.

Quelle est la bonne consistance pour le béton ?

Le béton doit être suffisamment mou, mais sans être trop liquide. Un test que vous pouvez faire pour évaluer la consistance consiste à réaliser un pâté avec le béton. Si le pâté reste en place après quelques minutes, la consistance du béton est correcte. Si le pâté s’effondre sur lui-même, c’est qu’il est trop humide. Dans ce cas, il est possible de rattraper la bonne consistance en rajoutant du ciment, du sable et du gravier dans les bonnes proportions.

3- Nettoyer la bétonnière

  • Nettoyer la bétonnière aussitôt après le gâchage, avant que le béton ne sèche.

Pour la nettoyer efficacement, versez un seau d’eau (ou plus selon la capacité de la cuve) et un demi-seau de gravier dans la cuve. Laissez tourner 10 minutes, puis videz la cuve et rincez-la au jet d’eau.

Quelques astuces pour vous simplifier la vie.

  • Travaillez toujours avec des gants de chantier : le contact du ciment avec la peau est très irritant.
  • Ménagez votre dos en ne versant le ciment que par moitié de sac. Pour ce faire incisez le sac à moitié avec la truelle puis pliez-le en le redressant. Séparez les deux moitiés une fois qu’elles sont verticales.
  • Si vous n’utilisez pas tout le contenu de la bétonnière, vous pouvez la laisser 10 à 15 minutes en position verticale puis malaxez à nouveau le mélange béton pendant une minute pour le rendre à nouveau utilisable.

Les inconvénients du béton réalisé soi-même, à la bétonnière

La bétonnière, ce n’est pas si économique ! Un certain nombre de coûts directs et indirects sont à prévoir :

  • L’achat ou la location de la bétonnière.
  • L’achat et l’approvisionnement des matières premières ainsi que leur stockage (emplacement à prévoir, risque de vols).
  • Il faut prévoir suffisamment de main d’œuvre pour aider à la fabrication du béton et à le transporter à la brouette jusqu’au point de coulage.
  • La gestion et l’évacuation des excédents de matériaux non consommés en fin de chantier.

La bétonnière, ce n’est pas si simple ! Pour un béton de qualité, il faut être vigilant aux critères suivants :

  • Le juste calcul des quantités à mélanger pour chaque gâchée, en fonction du volume de la cuve de la bétonnière.
  • Le bon dosage des constituants, gâchée par gâchée, avant leur introduction dans la bétonnière.
  • Le dosage à la pelle ou au seau est peu précis et irrégulier. Le mouillage du béton est très variable. Tout cela induit des variations de dosage entre les gâchées et le béton, au final, ne sera pas homogène et de qualité variable.
  • Si vous n’avez pas suffisamment de main d’œuvre ou si vous manquez d’organisation, vous mettrez trop de temps à fabriquer et à couler chaque gâchée. Vous risquez alors de mettre en œuvre le béton alors qu’il aura commencé à tirer, ce qui rendra sa finition difficile, voire impossible, avec des reprises de bétonnage à gérer.

La bétonnière, c’est pénible !

  • La fabrication à la bétonnière, gâchée par gâchée, est très longue, laborieuse et pénible. Le rendement est faible.
  • Les bétonnières thermiques font du bruit, ce qui gène souvent le voisinage.
  • Ce n’est pas propre ! Le ciment reste un matériau volatile et le lavage de la bétonnière génère des ruissellements de laitance sur la zone de chantier.

 

Alors, pourquoi ne pas choisir de vous faire livrer du béton prêt à l’emploi ?