Faire du béton ou du mortier à la main

Comment faire du béton ou du mortier à la main ?

Pour tous les petits travaux de maçonnerie (jointoiement, scellement, réparations, …) ne nécessitant que quelques litres de béton ou de mortier, le gâchage peut s’effectuer à la main plutôt qu’à la bétonnière. Les constituants sont alors mélangés à l’aide d’une pelle, dans un bac à gâcher ou pour des quantités plus réduites dans une auge ou une brouette grâce à une truelle.

Quelques rappels : différence entre béton et mortier

Mortier et béton font partie du vocabulaire courant des travaux de bricolage. Et pourtant, on observe souvent quelques confusions sur les caractéristiques et utilisations de ces matériaux, qui nécessitent que l’on revienne un peu sur les fondamentaux (Lien Article TSLB).

Le mortier est composé de sable ciment eau. Il est principalement utilisé pour réaliser des enduits, assembler des briques ou monter un mur en parpaings, élaborer des chapes ou sceller des éléments de carrelage.

Le béton standard est un mélange de sable, de ciment (liant hydraulique), d’eau et de gravillons. Grâce à la présence de gravillons, il est plus performant mécaniquement que le mortier. Ainsi, tout type de gros œuvre et éléments de structure peuvent être réalisés avec le béton : faire une dalle, des fondations, des poutres, des poteaux, des murs…

L’outillage nécessaire

Pour gâcher du béton à la main certains outils sont indispensables. Il s’agit :

  • d’un récipient : bac à gâcher, auge ou de la brouette ;
  • d’un outil pour mélanger : pelle ou truelle selon le volume à brasser ;
  • d’un seau de maçon gradué d’une contenance de 10 litres pour doser les ingrédients.

L’approvisionnement des matériaux

Si vous décidez de réaliser votre béton vous-même à la main, vous devrez acheter et approvisionner au préalable les matériaux (sac de ciment, sable, gravillons) nécessaires pour obtenir un béton.

Les quantités de matériaux à prévoir sont :

  • Pour réaliser 1 m3 de mortier : il faut 400 kg de ciment et 1400kg de sable.
  • Pour réaliser 1 m3 de béton  pour travaux courants : il faut 350 kg/m3 de ciment, 680kg de sable et 1180kg de gravillons.
  • Pour réaliser 1m3 de béton de fondation (dosage ciment moins élevé) : il faut 300 kg de ciment, 720kg de sable et 1160kg de gravillons.

 

Le dosage du béton ou du mortier au seau

Le dosage se fait généralement en raisonnant en volumes, en utilisant un seau de maçon de 10 litres gradué. Cette méthode est facile à réaliser, elle fonctionne à tous les coups, cependant le dosage du béton reste approximatif.

Les dosages usuels sont :

  • Dosage d’un mortier : 1 volume de ciment, 3 volumes de sable et un demi-volume d’eau.
  • Dosage d’un béton pour travaux courants : 1 volume de ciment, 2 volumes de sable, 3 volumes de graviers et un demi-volume d’eau (règle dite des « 1, 2, 3 »).
  • Dosage d’un béton de fondations : 1 volume de ciment, 2,5 volumes de sable, 3,5 volumes de gravillons et un demi-volume d’eau.

 

Aide pour effectuer vos conversions de volumes en kilogrammes :
La contenance de votre outil de dosage (seau de maçon) se mesure en litres.
Or pour calculer des dosages précis, ou pour déterminer la quantité de matériaux à approvisionner, vous pouvez avoir besoin de convertir des litres en kg et vice versa. Pour cela, on se sert de la masse volumique de chaque constituant.

Voici donc les grandeurs principales à avoir en tête pour effectuer vos conversions :

  • 1000 litres (soit 1m3) de gravillons pèsent approximativement 1500 kg ;
  • 1000 litres de sable sec pèsent approximativement 1600 kg ;
  • 1000 litres de ciment pèsent entre 1000 et 1100 kg.

Les étapes de fabrication du béton ou du mortier

Le gâchage manuel du béton ou du mortier s’effectue selon les étapes suivantes :

1. Le mélange des constituants à sec

  • Si vous réalisez du béton, commencez par déposer les gravillons dans le récipient prévu pour effectuer le mélange (bac à gâcher, auge ou brouette).
  • Versez par-dessus la quantité de sable prévue, puis le ciment.

Pour rappel, si vous préparez du mortier, ne mettez pas de gravillons !

  • Bien mélanger le tout à l’aide d’une pelle (ou d’une truelle si vous utilisez une auge). Le mélange doit être uniforme et le ciment bien réparti. Si vous utilisez un bac à gâcher, pour bien homogénéiser vous pouvez faire un tas avec le mélange et le déplacer 2 ou 3 fois.

2. Le mouillage

  • Creusez un cratère au sommet du tas avec la pelle.
  • Versez les 2/3 de l’eau gâchage prévue.
  • Imprégnez progressivement le mélange en faisant ébouler les bords intérieurs du cratère dans l’eau à l’aide du dos de la pelle.
  • Retournez les pelletées de façon à bien mouiller le mélange.

Le mouillage du béton.

3. Le malaxage

  • Brassez le mélange en versant progressivement le reste d’eau, jusqu’à l’obtention de la consistance souhaitée.
  • Une fois que le béton a atteint la bonne consistance, versez-le dans l’auge ou la brouette et utilisez-le dans l’heure qui suit.
  • Après bétonnage, n’oubliez pas de laver au jet d’eau le matériel utilisé pour le mélange.

Le malaxage du béton dans un bac à gâcher.

Quelle est la bonne consistance pour le béton ou le mortier ?

Il est très facile de rater un béton ou un mortier si l’on ajoute trop d’eau au mélange. Dans ce cas le matériau ségrége (les gravillons plongent et l’eau remonte en surface).

Même si la tentation est grande de réaliser un béton très liquide pour faciliter sa mise en place, il faut savoir que l’excès d’eau fait chuter la résistance du béton et augmente le risque de fissuration. C’est pourquoi il est préconisé de ne pas dépasser les quantités d’eau préconisées.

La consistance optimale pour un béton : le béton doit être suffisamment mou, mais sans être trop liquide. Un test que vous pouvez faire pour évaluer la consistance consiste à réaliser un pâté avec le béton. Si le pâté reste en place après quelques minutes, la consistance du béton est correcte. Si le pâté s’effondre sur lui-même, c’est qu’il est trop humide. Dans ce cas, il est possible de rattraper la bonne consistance en rajoutant du ciment, du sable et du gravier dans les bonnes proportions.

La consistance optimale pour un mortier : le mortier doit être souple et onctueux. S’il est correctement mouillé, il doit se lisser facilement à la truelle et une fine pellicule d’eau doit remonter à la surface lorsque l’on passe le plat de la pelle dessus.

Les avantages et inconvénients du béton fait à la main

Réaliser du béton à la main peut être pratique si vous ne possédez pas de bétonnière et que vous souhaitez fabriquer une très faible quantité de béton (<100 litres) pour un ouvrage peu sensible.

Seulement le dosage du béton au seau, ce n’est pas très simple. Mélanger du béton manuellement est très pénible même pour de petites quantités. Et il n’est pas facile de rendre le mélange très homogène et donc d’avoir un béton de qualité.

Alors, pourquoi ne pas choisir de vous faire livrer du béton prêt à l’emploi ?