Documents et normes d’exécution des ouvrages en béton

Documents et normes d’exécution des ouvrages en béton

Contexte

Le bon comportement du béton dans un ouvrage dépend :

  • de la conception et du dimensionnement de l’ouvrage (responsabilité de l’architecte et du bureau d’études (réf. normes Eurocodes), responsabilité de l’entreprise pour les petits ouvrages) ;
  • du choix du béton par rapport à l’ouvrage et à son environnement (notamment choix de la classe d exposition qui est de la responsabilité du prescripteur) ;
  • du respect de sa composition (responsabilité du producteur, réf. norme NF EN 206/CN) ;
  • et bien évidemment des conditions de sa mise en œuvre sur le chantier.

Ces dernières sont de la responsabilité de l’entreprise, qui doit respecter les règles de l’art et les réglementations en vigueur.

Ainsi, il existe un certain nombre de règles techniques à suivre pour la bonne exécution d’un ouvrage en béton. Ces règles sont liées au statut du maître d’ouvrage (personne privée ou publique), au type de construction à réaliser (ouvrage d’art, bâtiment, maison…) et à la méthode de mise en œuvre retenue (traditionnelle ou non traditionnelle).
Ces textes, établis par des commissions d’experts, se présentent sous forme de fascicules, de règles, normes ou DTU, et définissent pratiquement tous les cas connus de travaux de construction à caractère courant.

 

Quels sont les principaux textes relatifs à l’exécution des ouvrages en béton ?

    • La norme NF EN 13670 « Exécution des ouvrages en béton » qui est le texte de référence concernant l’exécution des structures en béton.
    • Le DTU 21 qui est un document d’application de la norme NF EN 13670 pour ce qui est des ouvrages de bâtiment en béton.
    • Le Fascicule 65 qui est le document d’application de la norme NF EN 13670 pour les ouvrages de génie civil en béton armé et précontraint.

La norme NF EN 13670

La norme NF EN 13670 « Exécution des structures en béton » est le texte de référence fournissant les exigences communes pour l’exécution des ouvrages en béton.
Elle s’applique à la fois aux travaux sur site (bétons coulés in situ) et aux constructions faisant appel à des éléments préfabriqués en béton.
Cette norme traite de l’exécution des structures en béton (structures de génie civil et bâtiments) afin d’assurer le niveau de sécurité et d’aptitude au service au cours de leur durée de vie, tel qu’indiqué par la NF EN 1990 (Eurocode –Bases de calcul des structures) et la NF EN 1992 (Eurocode –Calcul Des structures en béton).

La norme NF EN 13670 remplit trois fonctions :

  • Transmettre au constructeur les exigences définies au cours de la conception, c’est-à-dire former un lien entre le projet et l’exécution ;
  • Donner un ensemble d’exigences techniques normalisées pour l’exécution d’une structure en béton ;
  • Fournir à l’auteur du projet une liste de vérifications pour s’assurer qu’il transmet au constructeur toutes les informations techniques nécessaires pour l’exécution de l’ouvrage.

 

Afin d’atteindre ces objectifs, elle impose au concepteur de l’ouvrage la rédaction de « spécifications d’exécution », qui regroupent tous les documents, dessins et plans.
Cette norme européenne laisse un certain nombre d’éléments en attente d’être définis dans les spécifications d’exécution. C’est dans le cadre de la définition des spécifications d’exécution que les réglementations nationales (par exemple les NF DTU ou les clauses du fascicules 65) s’appliquent généralement.
En effet, la norme européenne NF EN 13670 est complétée par une Annexe Nationale qui décrit ses conditions d’application sur le territoire français, et précise des exigences complémentaires pour définir les spécifications d’exécution. Cette Annexe Nationale permet d’enrichir la norme européenne par des réglementations, des normes, des dispositions ou des spécificités nationales, des règles supplémentaires ou des normes d’exécution françaises, telles que les normes NF DTU, ou des documents d’exécution tels que le fascicule 65 pour les ouvrages de Génie Civil.
La norme NF EN 13670 est donc un outil à la disposition du concepteur d’ouvrage pour rédiger les spécifications d’exécution.

 

Le DTU 21 (norme NF P 18-201)

 

Qu’est-ce qu’un DTU ?

D.T.U. = Document Technique Unifié

Ce sont des documents qui fixent les modalités d’exécution des ouvrages. Ces textes sont issus des règles de l’art qui ont été éprouvées par l’expérience. Depuis 1990, ils sont devenus des normes de mise en œuvre NF (Norme Française).

 

Le DTU 21 (norme NF P 18-201) porte sur l’exécution des bâtiments en béton (armé ou précontraint). Il s’applique pour les marchés publics ou privés de travaux de bâtiment. Il vise les ouvrages ou éléments d’ouvrages réalisés en béton coulé en place ou en béton préfabriqué (sur le chantier ou en usine). Sont visés les ouvrages courants, de type voiles, dalles, dallages, poutres…. En revanche sont exclus du DTU 21 les ouvrages pour lesquels il existe des textes particuliers (exemples : cheminées, cuves piscines, silos et réservoirs).

 

Il ne faut pas confondre la conformité du béton en tant que matériau qui est régie par la norme NF EN 206/CN (anciennement norme NF EN 206-1), et sa conformité dans l’ouvrage qui sont régies par la norme NF EN 13670 et la norme NF P 18-201 (DTU 21).

 

Le DTU 21 exécution des ouvrages en béton est à considérer comme un document d’application de la norme NF EN 13670 pour ce qui est des ouvrages de bâtiment.

 

Les points importants concernant le DTU 21 :

  • Le type de béton utilisable sur le chantier :
    Le béton mis en œuvre sur le chantier peut être un béton prêt à l’emploi livré à l’état frais par un producteur de BPE, dans ce cas il s’agira le plus souvent de BPS (Bétons à Propriétés Spécifiées).
    Mais ce béton peut être également fabriqué sur le chantier par l’utilisateur. Il s’agira alors de BCP (Béton à Composition Prescrite) et plus particulièrement de BCPN (Béton à Composition Prescrite dans une Norme, en l’occurrence le DTU 21).
    Les BCPN prescrits dans le DTU 21 doivent avoir les dosages minimaux en ciment ci-après :
    – 350 kg/m3 pour du béton armé ;
    – 300 kg/m3 pour du béton non armé ;
    – 250 kg/m3 pour du béton non armé de semelle filante.

 

  • Les différentes catégorie de chantiers :
    Le DTU 21 défini trois catégories de chantiers de façon à pouvoir assurer des niveaux de contrôle croissants selon l’importance des travaux et la présence d’éventuels ouvrages particuliers.
    Catégorie A : chantier de petite importance d’au plus 2 étages sur rez-de-chaussée et un sous-sol. Cette catégorie concerne en particulier les maisons individuelles.
    Catégorie B : chantier de moyenne importance (concerne les bâtiments d’au plus 16 niveaux, un ensemble pavillonnaire important ou une construction industrielle courante).
    Catégorie C : chantier de grande importance (concerne les immeubles de plus de 16 niveaux, les entrepôts industriels ou commerciaux à forte charge ou trafic intense ainsi que les complexes sportifs).

 

  • Prescriptions relatives à l’exécution :
    Le DTU 21 fournit des dispositions concernant le coffrage et l’étaiement, le façonnage et la mise en œuvre des armatures, le bétonnage (transport du béton, mise en place, pompage, exécution des reprises de bétonnage, cure, …), le décoffrage et le désétaiement, le ragréage et les finitions.

 

  • Prescriptions relatives aux contrôles :
    Le DTU 21 fixe les contrôles minimaux qui incombent à l’entreprise afin de garantir la qualité du béton tout au long du chantier. Ils portent sur les aciers, les constituants du béton et les propriétés du béton. Les fréquences de contrôle sont précisées dans le DTU 21 et sont fonction de la catégorie de l’ouvrage.

 

  • Caractéristiques dimensionnelles des ouvrages :
    Le DTU 21 précise les tolérances dimensionnelles de construction et les états de surface (planéité, texture).

 

Le Fascicule 65

Comme d’autres pays européens, la France a développé une collection de fascicules contenant les exigences techniques à imposer aux entrepreneurs en charge des travaux de génie civil de l’Etat, appelé Cahier des Clauses Techniques Générales (CCTG). Le CCTG est constitué d’une centaine de fascicules couvrant tous les domaines du génie civil (ouvrages d’art, assainissement, corps de chaussées, travaux forestiers, réservoirs d’eau, …).
C’est le fascicule 65 qui traite de l’ « Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint ».
Le fascicule 65 est le document d’application de la norme NF EN 13 670 pour les ouvrages de génie civil. Il fixe les obligations de l’entrepreneur concernant les règles techniques à observer pour l’exécution des ouvrages et les règles de l’organisation à mettre en place en vue d’assurer l’obtention de la qualité requise. Les dispositions du fascicule 65 sont conçues pour une durée d’utilisation de projet des ouvrages de 100 ans.
Il ne s’applique pas à la construction de bâtiments qui fait l’objet de textes spécifiques.
Il fait référence aux normes NF EN 13670/CN et NF EN 206/CN.

Est-ce obligatoire d’appliquer les normes d’exécution des ouvrages en béton ?

Cas des marchés privés de travaux :

Les marchés privés de bâtiment (cas des travaux liés à la maison individuelle notamment) se réfèrent au CCAG, le Cahier des Clauses Administratives Générales applicables aux travaux de bâtiment faisant l’objet de marchés privés (norme NF P 03-001). Il définit, sur un plan général, les droits et les obligations de chaque partie contractante (maître d’ouvrage, maître d’œuvre, entrepreneur).
Il s’applique aux travaux neufs ainsi qu’aux travaux de rénovation, de réhabilitation, de transformation, de réparation.
Il rend contractuel l’application des normes françaises homologuées, notamment les règles de calcul ou les DTU de règles de calcul de mise en œuvre.
Il ne prend effet comme pièce constitutive du marché que s’il est, soit signé pour acceptation, soit rendu applicable par le cahier des clauses administratives particulières du marché.
Dès lors que le marché est conclu sans que les parties ne se réfèrent au CCAG, le respect des DTU et normes en vigueur pour les marchés privés de travaux n’a pas de caractère obligatoire. Cependant il est fortement conseillé de respecter ces documents qui détaillent les règles de l’art, afin de garantir la qualité de l’ouvrage et éviter les malfaçons.
Ainsi, pour la réalisation d’une construction en béton, il est recommandé de respecter le DTU 21 pour garantir la bonne durabilité de l’ouvrage au cours du temps.

 

Attention en cas de litige ou de malfaçon, l’assureur peut décider de ne pas vous dédommager si l’ouvrage n’a pas été construit selon les normes en vigueur. En effet, le Code des Assurances mentionne que « l’assuré est déchu de tout droit à garantie en cas d’inobservation inexcusable des règles de l’art, telles qu’elles sont définies par les règlementations en vigueur, les DTU ou les normes ».

Cas des marchés publics de travaux :

Ces marchés concernent les travaux de bâtiments ou de génie civil dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par une personne publique (Etat, établissement publics, collectivités territoriales). Ces travaux sont régis par le Code des Marchés Publics (CMP). L’application des normes françaises homologuées est obligatoires. S’applique également un Cahier des Clauses Techniques Générales (CCTG), constitué par exemple du Fascicule 65 pour les ouvrages de génie civil relevant de l’Equipement, et des DTU pour les marchés publics de travaux de bâtiment.

Les autres DTU qui concernent les travaux de bâtiment en béton :

Le DTU 21 concerne de manière assez large l’exécution des ouvrages en béton.
Il existe cependant d’autres DTU concernant les travaux en béton :

  • DTU 13.2 : concerne les fondations profondes
  • DTU 13.3 : dtu dallage (dtu dalle beton), qui est composé de trois parties :
    •   dtu 13.3 partie 1 : dallages à usages industriels ou assimilés
    •   dtu 13.3 partie 2 : dallages à usages autres qu’industriels ou assimilés
    •   dtu 13.3 partie 3 : dallages de maisons individuelles
  • DTU 13.11 : fondations superficielles
  • DTU 14.4 : travaux de cuvelage
  • DTU 20.1 : ouvrages de maçonnerie en petits éléments (parois et murs). Ce dtu maçonnerie concerne les ouvrages verticaux réalisés par assemblage à joint de mortier de moellons, de pierres naturelles, de briques de terre cuite, de blocs de béton, ou de blocs de béton cellulaire.
  • DTU 20.12 : maçonnerie des toitures et d’étanchéité
  • DTU 23.1 : murs en béton banché
  • DTU 23.5 : planchers à poutrelles en béton
  • DTU 26.1 : travaux d’enduits de mortiers. Ce document définit les règles de préparation et d’exécution des mortiers d’enduit .
  • DTU 26.2 : dtu chape et dalle.