La cure du béton : comment faire ?

Comment réaliser la cure de votre béton ?

Le rôle de la cure

Le béton frais (et également le mortier) contient une certaine quantité d’eau. Cette eau est nécessaire à l’obtention d’une bonne maniabilité à l’état frais. Dans des conditions normales de maturation, une fois le béton coulé, une partie de l’eau est consommée progressivement par les réactions chimiques d’hydratation des grains de ciment. Ce sont ces réactions qui entraînent la prise et le durcissement progressif du béton/mortier. L’eau excédentaire contenue dans le béton va, quant à elle, peu à peu s’évaporer par séchage naturel.

Une fois mis en œuvre, il faut savoir que le béton ou le mortier pendant la phase de prise et les premières heures voire les premiers jours de sa vie (ce qu’on appelle le jeune âge) est très vulnérable.

En effet, pendant cette période de prise et de début de durcissement du béton, et particulièrement quand les conditions atmosphériques sont défavorables (température élevée, vent, soleil, air sec), il convient d’éviter que l’eau du béton ne s’évapore trop rapidement avant d’avoir pu hydrater l’ensemble des grains de ciment. Ceci afin que l’hydratation soit optimale et que la montée en résistance se fasse dans de bonnes conditions.

La cure permet de protéger de la dessiccation (perturbation de l’hydratation par manque d’eau) le béton au jeune âge. Elle est obligatoire (cf DTU 21 et norme nf en 13670).

La cure a pour objectif :

  • de minimiser les risques de fissuration ;
  • de conférer au béton d’enrobage des performances satisfaisantes.

La cure du béton est indispensable, en intérieur comme en extérieur, même par temps froid. Elle doit être mise en œuvre le plus tôt possible après la mise en œuvre du béton et même à l’avancement dans le cas de surfaces importantes (supérieure à 100 m2). Elle doit être maintenue jusqu’au moment où le béton a acquis une maturité suffisante.

Bon à savoir : la vitesse d’évaporation de l’eau et donc de dessiccation du béton dépend de la température ambiante, de la vitesse du vent, de l’humidité relative de l’air, de la température du béton/mortier.

La cure est réalisée :

  • soit par limitation de l’évaporation ;
  • soit par apport d’eau à la surface du béton.

Elle est particulièrement nécessaire pour les surfaces horizontales (cas du béton prêt à l’emploi pour dallages, dalles, chapes) qui présentent une grande surface d’évaporation.

Les risques liés à l’absence de cure

L’absence de cure est susceptible d’engendrer les effets négatifs suivants sur le béton/mortier :

Effets visibles sur la surface de l’ouvrage :

  • Risque de fissuration dû au retrait plastique trop important (phénomène identique au séchage d’un sol argileux).
  • Surface de mauvaise qualité, résistant mal à l’abrasion et sur laquelle les revêtements adhèrent mal (poudrage de surface, farinage, etc).

Effets sur la durabilité de l’ouvrage :

  • Mauvaise hydratation du ciment en surface et donc le béton/mortier qui enrobe les armatures est plus poreux et plus perméable aux agents agressifs (CO2, chlorures, etc).

Comment réaliser la cure de votre béton ?

La cure consiste à appliquer dès la fin de la mise en place du béton, selon le type d’ouvrage, les méthodes suivantes :

  • Pour les éléments en béton coffrés ou moulés (ex : mur, longrine, poteau, poutre, …) : maintien du coffrage en place.

  • Pour les ouvrages horizontaux (ex : dallage, dalle béton, chape) :
    • Solution à privilégier (efficace, simple et applicable en intérieur et extérieur) : pulvérisation à la surface du béton frais d’un produit de cure d’efficacité reconnue (c’est-à-dire conforme à la norme NF P 18-370 et bénéficiant de la marque NF produit de cure béton), à un dosage conforme à la fiche technique du produit. ).
      Le produit de cure doit être appliqué après départ de l’eau de ressuage à l’aide d’un pulvérisateur dédié. Il va former une pellicule étanche qui va s’ opposer à l évaporation de l’eau et protéger le béton/mortier de la dessication pendant plusieurs jours.Le produit de cure s’éliminera peu à peu sous l’action du trafic et/ou des agents atmosphériques. En cas d’application ultérieure de revêtement, d’enduit, chape ou peinture sur la surface de l’ouvrage, le produit de cure devra être éliminé mécaniquement (ponçage ou sable) ou par jet d’eau à haute pression pour assurer une bonne accroche.

cure du bétonPulvériser le produit de cure  béton dalle à l’aide d’un pulvérisateur manuel.

    • Autres solutions possibles :

Pulvérisation régulière d’eau pour maintenir la surface du béton humide (cure béton par arrosage). Cette solution est praticable uniquement lorsque la température ambiante est ≥ à 10°C. Le béton doit demeurer constamment humide car l’alternance de cycles de mouillage/séchage altère la qualité de surface.

Mise en place sur le béton d’une bâche hermétique (type polyane). Cette méthode empêche l’eau de s’évaporer. A éviter lorsque la surface est destinée à rester apparente par la suite car le polyane peut laisser des traces inesthétiques, ainsi que par temps chaud à cause de l’effet de serre. Il faudra veiller à ce que la bâche soit fermée sur les bords de dalle pour éviter les courants d’air. Si elle est abîmée pendant la période de protection, elle doit être réparée.

Recouvrir le béton de toiles imbibées d’eau (ex : géotextiles, toile de jute). Les toiles doivent être maintenues continuellement humides pendant la période de cure afin d’éviter qu’elles n’absorbent l’eau du béton. A éviter lorsque la surface est destinée à rester apparente par la suite car les toiles peuvent laisser des traces inesthétiques.

Pendant combien de temps curer son béton ? Quelle est la durée de la cure ?

La durée minimale de cure dépend :

  • du type de béton (formule) ;
  • de la vitesse de prise et de montée en résistance du béton ;
  • des conditions climatiques : température ambiante, humidité relative, vitesse du vent, ensoleillement…

Il existe différentes méthodes pour définir la durée de la cure. L’une d’entre elles consiste à évaluer la durée minimale de cure en se basant sur les conditions météorologique. Le graphique suivant en est l’illustration (extrait de la norme NF P 98-170). Il peut être utilisé en première approche pour estimer la durée de maintien de la cure en fonction la température et l’hygrométrie ambiantes pendant celle-ci.

Dans tous les cas, la durée de la cure ne doit pas être inférieure à 3 jours, en intérieur comme en extérieur.

durée de la cure du bétonDurée de la cure (extrait de la norme NF P 98-170).