Le joint de fractionnement pour béton

Le joint de fractionnement pour béton

Le joint de fractionnement, encore appelé joint de retrait, est fréquemment employé lors de la réalisation de dalles ou de chapes. Il a pour rôle d’éviter que le béton ne fissure sous l’effet de son retrait inévitable.

Très souvent confondu dans le langage courant avec le joint de dilatation, il n’a pourtant rien à voir avec ce dernier.

Les différents types de joints et leur rôle

En matière d’ouvrage en béton, il existe différents types de joints.

On peut citer :

  • Le joint de construction, également dénommé joint d’arrêt de coulage : il permet d’isoler deux bétons d’âges différents.
  • Le joint de désolidarisation, encore appelé joint d’isolement : il sert à désolidariser la dalle de tout obstacle qui peut gêner son libre mouvement (poteau, regard, seuil de porte, mur, …).
  • Le joint de dilatation : il permet au béton de se dilater et de se contracter librement sous l’effet des variations de température au gré des saisons.
  • Le joint de fractionnement, encore appelé joint de retrait : il permet le libre retrait du béton (contraction naturelle et inévitable du béton liée à l’hydratation progressive du ciment).
Le joint de fractionnement est très souvent confondu avec le joint de dilatation dans le langage courant. Ces deux types de joints ont pourtant des fonctions très différentes.

 

Le joint de fractionnement : pour quoi faire ?

Du fait de l’hydratation du ciment et de son séchage progressif, le béton fait naturellement du retrait (voir notre article sur « le retrait du béton »).

Si l’on ne prévoit pas de joint de fractionnement sur une dalle de béton, elle fissurera tôt ou tard.

Le joint de fractionnement sert à contrôler la fissuration du béton.

Le but est de répartir à intervalles régulier des amorces de fissures (joints) afin de canaliser ces dernières et éviter qu’elles ne se propagent de façon anarchique.

Le joint de fractionnement : comment faire ?

Voici les différentes techniques pour réaliser un joint de fractionnement dalle béton :

Le joint scié

Cette technique consiste à créer un point faible (amorce de fissure) en sciant la dalle de béton durci sur 1/3 de son épaisseur à l’aide d’une disqueuse ou d’une scie à sol munie d’un disque diamant de quelques mm de largeur.

Les joints de retrait sciés sont réalisés le plus tôt possible, dès que le durcissement du béton permet le sciage sans épaufrure. Ils sont normalement réalisés dans un délai de 6h à 48h après bétonnage.

Si elle se produit, la fissure sera localisée dans le fond du trait de scie et donc non visible.

Les joints de fractionnements exécutés par sciage mécanique peuvent être laissés vides ou bien être garnis de mastic souple à base de polyuréthane.

Principe d'un joint de fractinnement sciéPrincipe d’un joint de fractionnement scié.

Le joint moulé

Pour les dalles extérieures, il s’agit le plus souvent de règle joint en pvc que l’on place sur des supports ou des plots de béton avant coulage à l’endroit du joint.

La règle est positionnée dans le 1/3 supérieur de l’épaisseur de la dalle. Sa surface haute doit coïncider avec le niveau fini du béton.

La règle assure le rôle de joint dallage exterieur et sert aussi de support pour le tirage du béton à l’aide de la règle de maçon.

En intérieur, il est également possible d’utiliser des baguettes en aluminium ou en laiton pour réaliser les joints des dalles ou des chapes.

Joint en plastique mouléPrincipe du joint en plastique moulé (source : TOFFOLO).

Le calepinage

Un calepinage d’éléments décoratifs (pavés, briques, etc) peut également faire office de joint de retrait.

Le calepinage est posé sur un lit de mortier ou de béton les jours qui précèdent le bétonnage.

En plus de servir de joint de fractionnement, le calepinage peut également servir de coffrage. Il permet aussi le déplacement des ouvriers sur la zone lors du coulage du béton, il ajoute une touche esthétique et permet de personnaliser l’ouvrage.

calepinage pavésJoint dalle terrasse en calepinage en pavés.

Le joint sur béton frais

Un outil spécifique, appelé fer à joint, permet de créer une entaille à la surface du béton frais.

joint sur béton fraisRéalisation d’un joint sur béton frais à l’aide d’un fer à joint.

Le joint de fractionnement : tous les combien ?

Cas d’une dalle de béton

Lorsque l’on réalise une dalle pour une allée, une terrasse, un garage, etc, il convient de réfléchir en amont à la disposition des joints. Les joints doivent faire l’objet d’un calepinage préalable, même pour un joint terrasse.

Les règles à respecter pour le positionnement des joints sont les suivantes (cf. DTU 13.3) :

  • Il convient de disposer des joints de manière à découper la dalle en panneaux dont la dimension du plus grand côté est au plus égal à 5 m (distance maximale entre joints = 5m). On fractionne ainsi la dalle en panneaux de 25m2 maximum.
  • Il est également nécessaire de réaliser des joints au niveau des angles rentrants (seuls de porte, regards, poteaux, …).
  • Les panneaux ainsi délimités doivent avoir des formes les plus carrés possibles. A cet effet on respectera un rapport « grand côté / petit côté » du panneau compris entre 1 et 1,5.
  • Les formes de panneaux particulières ne doivent pas présenter d’angles aigus ou d’angles rentrants.

formes de dalles adaptéesIllustration des formes de dalles à éviter.

positionnement joint fractionnement regardExemple de traitement d’un regard.

Cas d’une chape réalisée sur un support existant

Lorsqu’on réalise une chape de mortier sur un support structurel existant de type dalle de béton, il convient de respecter les dispositions du DTU 26.2.

Les joints de fractionnement  sont à exécuter tous les 60 m2 et au plus tous les 8 m linéaire dans le cas des chapes rapportées adhérentes destinées à être recouvertes (pose de carrelage, lino, parquet). Le joint de fractionnement chape est généralement un profilé plastique.