Durée d’utilisation du béton prêt à l’emploi

Quelle est la durée d’utilisation du béton prêt à l’emploi (BPE) ?

Le BPE : un matériau livré à l’état frais, en cours de transformation

Le béton prêt à l’emploi, aussi appelé BPE, est une appellation destinée uniquement au béton préparé dans une centrale à béton. Il y est dosé selon le type de béton demandé, mélangé et ensuite transporté jusqu’au chantier avec l’aide d’un camion malaxeur (camion toupie) où il sera mis en œuvre.

Pour être utilisable sur le chantier et remplir aisément les coffrages, il est livré à l’état frais. Cependant dès son gâchage dans le malaxeur de la centrale à béton, il faut savoir que des réactions chimiques commencent à se produire entre l’eau et le ciment. Ces réactions, appelées réactions d’hydratation, vont provoquer la perte de fluidité progressive du béton et ensuite la prise et le durcissement progressif du ciment. Elles vont se poursuivre sur le long terme (au-delà de 28 jours).

Le BPE est un matériau livré à l’état frais, qui a donc une durée d’utilisation limitée dans le temps.

Quelle est la durée d’utilisation du béton prêt à l’emploi (BPE) ?

Au moment de sa livraison, le BPE est en cours de transformation avec un délai d’utilisation relativement court.

Le délai d’utilisation du béton n’est pas décrit dans la norme béton NF EN 206/CN. En revanche, il est fixé dans la « Charte des relations entre les fournisseurs et les utilisateurs de béton prêt à l’emploi – 2009 ». Ce protocole s’applique dans le cadre des marchés privés et des marchés publics.

Il mentionne que « […] sauf justification particulière, le délai total entre le début de la fabrication (premier contact eau ciment) et la fin de la mise en œuvre ne doit pas dépasser 2 heures […] ».

Le début de fabrication du béton à la centrale correspond à la fabrication de la première gâchée introduite dans le camion toupie (heure inscrite sur le bon de livraison).

Ce délai de 2 heures inclut :

  • le temps de fabrication de l’ensemble de la charge (plusieurs gâchées peuvent être nécessaires selon le volume commandé),
  • le temps de transport (la centrale peut parfois être éloignée de 20 à 30km du chantier),
  • le temps de déchargement,
  • et le temps de mise en place du béton : le délai de mise en place du béton est en général d’une demi-heure.

Quel risque en cas de dépassement du délai d’utilisation ?

Le dépassement du délai d’utilisation peut conduire à :

  • Une perte de maniabilité du béton.
  • Une début de prise (raidissement).
  • La mise en œuvre devient difficile voire impossible.
La tentation est alors grande de rajouter de l’eau au béton pour essayer de finir le chantier. Cependant cette pratique est à proscrire car tout rajout d’eau entraîne une dégradation de la qualité du béton (diminution de la résistance, de la durabilité et risque de fissuration).

Quels sont les facteurs pouvant mener au dépassement de la durée d’utilisation ?

Le temps de transport allongé

La distance moyenne de transport depuis la centrale jusqu’au chantier est de 17km. Il est important de prévoir un temps de transport compatible avec le délai d’utilisation.

Pour des chantiers nécessitant des temps de transport allongés (≥ à 45 minutes), il peut être judicieux de commander un béton retardé et de limiter le volume livré.

L’attente de la toupie sur le chantier

Pour conserver la qualité du béton, il faut éviter de faire attendre la toupie. En plus, vous risquez de devoir payer des pénalités au fournisseur si le temps d’attente avant le déchargement excède une demi-heure.

Evitez également de faire stationner le camion toupie en plein soleil car le béton à l’intérieur de la cuve risque de s’échauffer et de prendre plus rapidement.

Une durée de mise en œuvre allongée

La mise en œuvre peut être allongée en cas :

  • D’accès compliqué au point de coulage : dans ce cas, pour faire des économies sur le prix du béton livré, la tentation est grande de vouloir acheminer soi-même le béton depuis la toupie à la brouette. Cette pratique peut rapidement conduire à dépasser le délai d’utilisation du béton. Dans ce cas il est préférable de limiter les quantités de béton livrées, de retarder le béton et de prévoir plusieurs brouettes. Ou bien d’envisager un autre moyen de déchargement.
    D’une façon générale, en cas d’accès compliqué, il est recommandé de faire appel à une solution de déchargement adaptée pour plus de sérénité le jour du coulage : camion tapis, camion malaxeur pompe, ou camion pompe.
  • De mise en œuvre du béton délicate : par exemple, les bétons décoratifs qui vont nécessiter des finitions importantes. Il peut être judicieux là encore de limiter les quantités livrées et d’employer un adjuvant retardant la prise du béton.
  • De chantier non prêt ou de nombre insuffisant de personnel sur le chantier. Prévoyez un nombre de personne suffisant : 3 à 5 personnes selon la complexité du chantier et en fonction du nombre de m3 à couler.
Une durée excessive de déchargement mobilise anormalement le camion sur le chantier ce qui engendre des frais directs et indirects pour la centrale. Vous pouvez être amenés à verser des indemnisations au fournisseur de béton si la durée de déchargement est trop longue.

L’effet des conditions météorologiques

Dans la pratique, le délai d’utilisation d’un béton peut varier largement suivant sa composition (type et dosage de ciment, adjuvants, humidité des granulats, absorption des granulats…) et les conditions climatiques (température, hygrométrie, vent).

Le risque est en particulier une chute rapide de maniabilité du béton par temps chaud, c’est à dire lorsque la température extérieure est ≥ 25°C. Le béton « tire » alors plus vite. Le risque est nettement moindre par temps froid.

L’emploi de retardateurs de prise permet de paliers à ces difficultés. Il est donc fortement conseillé de commander du béton retardé par temps chaud ( ≥ 25°C) et de couler votre dalle en béton aux heures les moins chaudes de la journée, en tout début de matinée par exemple.

Soyez vigilant si plusieurs des conditions décrites se cumulent !