Le bétonnage vu par les méthodes

Le bétonnage vu par les méthodes

Les conséquences du bétonnage sur l’organisation de chantier.

Saturation de grue

Définition

Pour rappel, la saturation de grue représente le temps d’occupation de la grue pour un poste particulier.

Pour avoir une idée plus précise de la notion de saturation de grue, venez lire ici l’article qui vous détaille tout.

Les principaux postes nécessitant une manutention mécanique sont :

  • Les approvisionnements (déchargements, coffrage, ferraillage).
  • La pose des éléments préfabriqués.
  • Le poste coulage (verticaux, horizontaux…).

L’ensemble de ces postes doivent donc être prévus, quantifiés, organisés et ordonnancés pour une bonne organisation des moyens de levage et des équipes associées.

La durée de ces opérations peut varier selon plusieurs facteurs.

Détail sur le bétonnage

En ce qui concerne le coulage du béton, la grue est occupée environ 30% du temps sur ce poste de levage. Les temps de coulage sont en général respectés car le poste de bétonnage est conditionné par de multiples contraintes (séchage du béton frais, livraison pour le béton prêt à l’emploi…). Ces postes de coulage sont souvent ceux sur lesquels des optimisations sont envisagés (utilisation d’une pompe à béton, augmentation de la capacité de la benne à béton…).

Les modes constructifs de chaque ouvrage consomment plus ou moins de temps de bétonnage, par exemple, pour la réalisation des planchers, les planchers traditionnels sont plus chronophages en bétonnage que les prédalles ou les dalles alvéolaires (c’est en fonction du volume de béton à couler). Si on a opté pour des éléments préfabriqués, il est évident que les bétonner sur place monopolisera plus la grue que de les commander à l’usine.

Le second facteur déterminant pour le bétonnage est le volume de votre benne à béton, celui-ci peut varier entre 200 L et 2000 L. Plus le volume est important et moins on fera d’aller-retour pour vider le camion toupie. En revanche, il faut être attentif sur les capacités de levage de la grue et ne pas prendre une benne trop lourde.

benne à béton

Le volume de la benne à béton impacte directement le temps de bétonnage.

Selon nos études, statistiquement, sur un ouvrage classique de bâtiment, pour un niveau moyen les répartitions de la part du bétonnage par poste sont les suivants :

 Part du bétonnage dans la saturation du poste (temps de bétonnage [mn])Capacité de la benne
1.0 m31.5 m3Pompe
 Verticaux (voiles banchés, poteaux …)35%25%
 Planchers type traditionnels66%58%
 Planchers type prédalles foraines44%34%
 Planchers type dalles alvéolaires43%33%

En faisant varier uniquement la capacité de la benne, on remarque clairement une variation des temps de saturation de grue. Ainsi les choix des moyens de bétonnage ont un impact direct sur l’utilisation de la grue et sur l’organisation de la journée de production.

Le gain sur les choix des moyens de bétonnage est directement lié à la limitation du nombre d’aller-retour vers le point de livraison. La capacité de la benne fait varier la part totale du bétonnage de 30% à 40% dans la saturation de grue.

Si vous voulez comparer les conséquences des variations des volumes de bennes sur votre chantier : www.imaago.fr

Si le poste de bétonnage a un tel impact sur l’organisation de la production, pourquoi ne pas utiliser des pompes à béton ? Tout l’enjeu de l’organisation consiste donc à faire des choix intégrant à la fois l’aspect technique, temporel, organisationnel et financier. L’utilisation de pompes à béton a ainsi des conséquences sur ces différents thèmes.

L’impact financier est important, la mise en place de ces outils n’est pas toujours possible, il y a des pertes de béton dues à l’amorçage dans les tuyaux, le temps de mise en œuvre de la pompe et des tuyaux n’est pas neutre… C’est pourquoi face à chaque choix, il faut pouvoir mesurer qu’elles sont les enjeux et les conséquences afin de chercher à optimiser les éléments de l’organisation de chantier.

 

Le choix du bon béton peut-il faire gagner du temps ?

Certaines spécificités de l’ouvrage peuvent justifier un changement de classe de béton, par exemple lorsqu’il y a un ferraillage dense, il peut être judicieux de diminuer le diamètre de granulat pour une meilleure mise en œuvre.

Tout comme une façade possédant de grandes ouvertures, on peut s’affranchir de faire de cheminée de coulage en utilisant un béton autoplaçant.

Pour garantir une meilleure finition on peut également faire le choix de l’autoplaçant, mais il faut que le coffrage soit irréprochable.

Ce sont quelques exemples qui illustrent bien qu’on peut diminuer les temps unitaires de nos calculs d’heures.

voile en béton autoplaçant

Voile de grande hauteur matricé réalisé en béton autoplaçant.

 

Conclusion

Le bétonnage a un impact important sur l’organisation de chantier. Il conditionne les installations de chantier, les moyens humains à mettre en place et détermine également le besoin en matériel.

Il faut l’appréhender dans les modes opératoires lors de votre préparation de chantier, pour ne pas se faire piéger lors de l’exécution des travaux.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?