Réaliser un mur en parpaing à coller

Conseils pour construire un mur en parpaing a coller

Vous souhaitez faire un mur en parpaing à coller et vous mais avez besoin de conseils ? Suivez notre guide !

Le parpaing à coller

Présentation

Parpaing à joints minces, parpaing collé, bloc à coller, bloc béton à joints minces ou encore bloc béton rectifié, toutes ces appellations se réfèrent à celui qu’on appelle plus communément le parpaing à coller.

C’est un matériau  de construction de plus en plus utilisé car il présente les avantages suivants par rapport au parpaing traditionnel :

  1. La pose est plus facile, plus rapide et moins pénible.
  2. La mise en œuvre des joints horizontaux est plus rapide et la consommation est de seulement 1.5kg/m² à 2.5kg/m² de liant-colle, contre 80kg/m² de mortier pour un mur en parpaing traditionnel.
  3. Les joints verticaux sont optionnels (zone sismique seulement), ce qui permet de réduire la préparation et la consommation de mortier.
  4. Nécessite moins de travail de finition (absence de joints verticaux).
  5. Une plus grande diversité de blocs accessoires permet de limiter les découpes.

Comment ça marche ?

Les parpaings à coller prévus sont rectifiés en usine avec des tolérances de l’ordre du millimètre. Cela garantit un parallélisme parfait des faces inférieures et supérieures, et ainsi il n’y a plus à s’inquiéter de l’aplomb des blocs.

L’horizontalité des murs s’obtient également automatiquement. On sera d’autant plus vigilant sur le 1er rang !

Le mur est monté par empilement des parpaings, entre lesquels on applique une fine couche de liant-colle qui assurera la cohésion de l’ensemble.

Dans quel cas utiliser le parpaing collé ?

Le parpaing à coller permet la mise en œuvre facile et rapide de tout type de mur :

  • Murs porteurs (intérieur et extérieur).
  • Murs de piscine en parpaing.
  • Murs de clôture en parpaing.
  • Murs de soutènement en parpaing.
  • Abri de jardin en parpaing.
  • Garage en parpaing.
  • etc.

Les différentes étapes pour le montage d’un mur en parpaings à coller

1. Réalisez Les fondations

Les fondations servent à ancrer le mur dans le sol. Elles sont nécessaires pour tout mur, quel que soit ses dimensions et sa fonction.

Pour savoir comment couler la semelle de votre mur, n’hésitez pas à consultez notre article traitant de la réalisation d’une fondation pour mur.

N’oubliez pas de disposer des aciers d’attentes verticaux qui assureront le chaînage entre les fondations et le mur. Il est nécessaire de prévoir un chaînage vertical à chaque extrémité du mur ainsi que des chaînages verticaux intermédiaires.

2. Délimitez l’espace

Tracez l’emplacement de votre futur mur (sur les 4 côtés) à l’aide d’un cordeau de traçage bleu. Soyez rigoureux : la 1ère rangée déterminera le reste de votre montage et le bon alignement de votre mur.

Bon à savoir : il est possible d’utiliser des platines qui permettent de faciliter la pose du premier rang. Elles vous seront généralement proposées par le fabricant.

3. Préparez le mortier traditionnel

Pour savoir comment faire du mortier, c’est par ici !

Le mortier traditionnel ne sera nécessaire que pour la pose du 1er rang : on prévoit donc une petite quantité ! Environ 2.5cm d’épaisseur (0.025m) à multiplier par la surface délimitée en m² et vous avez le volume nécessaire.

Besoin de béton ou de mortier ? N’hésitez pas à remplir notre formulaire de demande de devis.

4. Déposez la couche de mortier traditionnel

A l’intérieur de l’espace délimité par le traçage bleu, étalez une couche de mortier d’environ 2,5 cm d’épaisseur. Il faut que l’épaisseur soit la plus homogène possible.

A noter que l’on utilise du mortier traditionnel uniquement pour la pose de la 1ère rangée afin d’assurer la liaison avec la semelle de fondation.

5. Posez la première rangée de parpaings

Commencer par les extrémités en utilisant des parpaings d’angle. Ces parpaings spécifiques disposent d’une moitié creuse (ronde ou carrée) permettant le passage des aciers de chaînage verticaux. Ils se placent à chaque extrémité et au besoin en intermédiaire selon le nombre de chaînages verticaux que vous avez initialement prévus. Les ferrailles se glisseront dans les creux des parpaings pour solidifier la structure.

Poursuivre la pose des parpaings suivant le cordeau. Aucun espacement n’est à prévoir entre les parpaings : ils sont posés à bords jointifs.

Pour terminer le remplissage de la 1ère rangée vous pourrez avoir besoin de couper un parpaing à une dimension spécifique. Pour ce faire utilisez la disqueuse afin de réaliser une découpe propre.
Il existe également des blocs spéciaux (1/3, ¼ ou ½ longueur) qui permettent de limiter les recoupes.

Ajuster soigneusement la position de chaque bloc.

6. Appliquer la colle sur le premier rang de parpaings

Étalez la colle ou le mortier de montage spécifique à l’aide du rouleau applicateur sur la première rangée de parpaings.

Le rouleau permet d’appliquer rapidement des « lignes de liant » homogènes  avec une épaisseur maitrisée.

application de la colle à parpaing au rouleau applicateurApplication de la colle à parpaing au rouleau applicateur.

7. Posez ensuite les rangées suivantes

Afin d’assurer la solidité du mur, les joints verticaux doivent être décalés d’une rangée à l’autre.

Pour créer ce décalage, commencer la pose d’un rang sur deux par un bloc cassé en deux à l’aide d’un marteau.

On commence donc la pose de la 2ème rangée par un demi-bloc. Posez chaque bloc en ajustant leur position. Après l’écrasement du joint, l’épaisseur du liant-colle est de l’ordre du millimètre.

Après avoir posé les blocs collés, raclé les surplus de colle, et appliqué le rouleau-colle, on passe à la 3ème rangée et ainsi de suite.

Attention : En zone sismique, encollez également les joints verticaux.

8. Vérifiez régulièrement le positionnement

On contrôlera l’horizontalité avec un niveau placé dans les deux sens (longitudinal et transversal).

La verticalité sera vérifiée au fil à plomb.

On utilisera un maillet pour peaufiner le positionnement des blocs si nécessaire.

9. ferraillages verticaux

Les ferraillages verticaux servent à raidir le mur.

En fin de montage, glisser les ferraillages verticaux dans les blocs d’angle (parpaings d angle) puis couler du béton pour rigidifier le montage.

10. Réalisation des ouvertures

Si vous devez faire une ouverture dans votre mur (pour une fenêtre par exemple), vous devrez faire un linteau avec un parpaing en U (appelé aussi parpaing de linteau ou parpaing de chainage horizontal).

11. Après le montage

On couvrira le mur à l’aide d’une bâche afin de laisser le mortier sécher pendant plusieurs jours. On fera de même si le montage s’étale sur plusieurs jours.

Voilà, votre mur est monté ! Il ne reste plus qu’à réaliser les finitions (exemple : enduit).