Mettre en œuvre du béton désactivé

Comment mettre en œuvre du beton desactive ?

Esthétique, durable, de bon rapport qualité/prix et facile d’entretien, nombreux sont les avantages du béton désactivé. Ce béton décoratif, qui a tout pour séduire, requiert cependant une technique de mise en œuvre particulière.

Comment faire du beton desactive pour une terrasse en béton, une allée piétonne, une allée de jardin, une cour, une plage de piscine ou un patio ? Voici tout ce que vous devez savoir…

Pour plus d’informations sur le béton désactivé, ses applications, ses avantages et inconvénients, le prix du béton désactivé, le prix de la pose du béton désactivé, n’hésitez pas à consulter notre page consacrée au béton désactivé.

Les différentes étapes à suivre pour réaliser un sol en béton désactivé

1/ Préparation avant coulage

1.1/ Délimitez

Délimitez l’implantation de la future dalle à l’aide de piquets. Tendez un cordeau entre les piquets.

1.2/ Creusez

Décaissez le terrain à la profondeur souhaitée à l’aide d’une pelle et d’une pioche. Pour les ouvrages plus conséquents, vous pouvez aussi louer une mini-pelle mécanique.

La profondeur de décaissement doit englober l’épaisseur de la sous-couche (généralement 20 cm d’épaisseur), à laquelle s’ajoute 12 cm minimum d’épaisseur de dalle béton. Porter cette épaisseur à 15cm minimum dans le cas d’une allée carrossable (en cas de passage de véhicules légers).

Compactez le sol avec une dame manuelle ou une plaque vibrante.

Vérifiez la planéité du fond de fouille avec une longue règle de maçon et un niveau à bulle.

1.3/ Préparez la sous-couche

Pour faciliter le drainage de l’eau et augmenter la portance du sol, il est recommandé d’effectuer une préparation du sol en mettant en place une sous-couche.

La sous-couche est constituée de matériaux compactables, non argileux, de type grave ou mélange de gravillons + sable (ex. grave de carrière 0/31,5 concassée).

Déversez les matériaux sur 20 cm d’épaisseur.

Ratissez pour bien répartir, puis compactez à l’aide d’une dame ou d’une plaque vibrante.

Vérifiez la planéité de la plate-forme avec une longue règle de maçon et un niveau à bulle.

Bon à savoir : pour éviter les risques de fissuration, les canalisations, câbles, ou gaines éventuelles doivent être enfouis dans la sous-couche et non dans la dalle béton !

1.4/ Coffrez

Le coffrage permet de délimiter la dalle et de maintenir le béton jusqu’à sa prise.

Les coffrages doivent servir de guide pour la mise à niveau de la surface de la dalle lors du tirage du béton à la règle. La hauteur finale du coffrage doit donc correspondre à la hauteur souhaitée de la dalle béton !

Vous pouvez réaliser le coffrage de différentes manières :

  • En utilisant des planches en bois rigides (ex : bastaings) et solidement fixées.
  • En réalisant un calepinage d’éléments décoratifs : pavés, briques, …
  • En utilisant des coffrages flexibles permettant de réaliser des contours de dalle aux formes courbes et plus esthétiques.

Construisez un coffrage solide et fixez le en plantant des piquets derrière les planches, tout en prenant soin qu’ils ne dépassent pas la hauteur du coffrage.

Réalisation du coffrage.

N’hésitez pas à consulter notre page Faire un coffrage en bois pour une dalle béton pour plus d’informations.

Bon à savoir : dans le cas d’une dalle non couverte, le coffrage doit être légèrement en pente pour favoriser l’écoulement des eaux de pluie.
Prévoir une légère pente vers le jardin, de l’ordre de 2cm/m minimum.

1.5/ Installez votre polyane

Déposez un film polyane sur toute la surface de la sous-couche. Faites remonter le polyane sur les coffrages. Si vous devez le poser en plusieurs bandes, respectez un recouvrement des lés de 20 cm minimum.

Bon à savoir : la pose d’un polyane est un plus qui permet de limiter les risques de fissuration, en désolidarisant la dalle de son support. Cette étape permet également d’empêcher les remontées ultérieures d’humidité.

1.6/ Placez des joints de désolidarisation (si nécessaire)

Ces joints sont matérialisés par des bandes en mousse compressibles, appelées « bande de rive » qui mesurent 5 à 10 mm d’épaisseur.

Ils servent à désolidariser la dalle de tout obstacle pouvant gêner son libre mouvement, limitant ainsi le risque d’apparition de fissures.

Les joints, ou bandes de rive, sont à positionner sur toute l’épaisseur de la dalle.

Bon à savoir : les joints de désolidarisation sont à prévoir notamment dans les cas suivants : le long des murs, autour des poteaux, des regards, des points fixes, etc.

Joint de désolidarisation placé en pied de mur.

1.7/ Ferraillez

Armez le béton pour éviter que la dalle fissure.

Il est recommandé d’utiliser un treillis structurel de type ST25C (maille carrée de 150mm, fil de 7mm de diamètre).

Les nappes d’armatures sont à poser sur des cales d’armature spécifiques en plastique, pour garantir leur bon enrobage par le béton (minimum 3 cm d’enrobage en tous points). De plus, pour être mécaniquement efficace, l’armature doit être positionnée au niveau du 1/3 inférieur de l’épaisseur de la dalle.

Déposez votre treillis sur les cales au fond du coffrage.

Coupez le treillis à la disqueuse, en laissant un retrait de 5 cm en périphérie car le ferraillage doit être enrobé dans le béton et ne pas toucher les coffrages.

S’il faut assembler 2 panneaux pour couvrir l’ensemble de la surface, recouvrez les panneaux entre eux en les chevauchant de la valeur d’une maille puis liez-les avec du fil de fer à ligaturer et un lieur.

Les armatures doivent être bien calées et bien les ligaturées avec afin qu’elles ne bougent pas au moment de couler le béton. Les aciers doivent se recouvrir largement.

1.8/ Protection des structures environnantes et mise en sécurité du chantier

Protégez les murs, poteaux ou autres aménagements existants, contre les éclaboussures de béton ou de désactivant. Ceci peut être réalisé simplement à l’aide de polyane adhésif ou bien de produit de protection temporaire spécifique.

Protégez également les calepinages décoratifs à l’aide de produit de protection temporaire spécifique.

Sécurisez les accès à la zone de coulage à l’aide de rubalise.

Protégez la zone de coulage contre la chute de feuilles, de branches ou d’objets divers.

2/ Commande de votre béton prêt à l’emploi

S’agissant de béton décoratif désactivé, il est fortement déconseillé de tenter de fabriquer soi- même le béton à la bétonnière. Pour avoir un rendu homogène (notamment en termes de répartition de gravillons), un béton de qualité et un ouvrage durable dans le temps, il est préférable de commander du béton désactivé prêt à l’emploi.

2.1/ Calculez la quantité nécessaire

Pour calculer le volume d’une dalle, rien de plus simple : calculez la surface de la dalle en m2 (longueur x largeur), puis multipliez par son épaisseur pour avoir le volume de béton nécessaire en m3.
Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à consulter notre page sur le Calcul du volume de béton nécessaire pour réaliser votre ouvrage.

2.2/ Commandez

Commandez votre béton désactivé prêt à l’emploi en remplissant par exemple le formulaire de demande de devis sur notre site.

Véritable alternative à la bétonnière, votre béton arrive tout prêt à être coulé.
Le béton prêt à l’emploi est la garantie de chantiers de bétonnage plus faciles, plus rapides et plus tranquilles ! En outre il y a un large choix de rendus possibles en fonction du type de béton et du type de granulat.

Veillez à ce que les conditions atmosphériques soient favorables le jour choisi pour le coulage : pas de pluie ni de vent fort et des températures comprises entre 10 et 25° sont des conditions idéales.

3/ Commande du désactivant

Commandez le grade de désactivant qui correspond à la granulométrie de votre béton. Pour le calcul de la quantité de désactivant à prévoir, reportez vous au dosage préconisé sur la fiche technique produit.

Consultez notre page sur le choix du désactivant pour plus d’informations.

4/ Coulage, mise à niveau et finitions

À l’arrivée du camion toupie, avant de couler le béton :

  • vérifiez que le bon de livraison correspond bien à votre commande ;
  • vérifiez que le béton contient les bons granulats, en lavant un peu de béton à l’aide d’un arrosoir ou d’un jet d’eau ;
  • si vous n’avez pas mis de polyane, humidifiez la plate forme.

4.1/ Coulage

Coulez le béton directement dans le coffrage.
Lors du coulage, il est important de veiller au bon enrobage des aciers par le béton.

4.2/ Mise à niveau

Nivelez votre béton au fur et à mesure, à l’aide d’un râteau, ou mieux, d’un épandeur à béton.

Tirez le béton de la même façon qu’un béton classique, à l’aide d’une grande règle de maçon, en prenant appui sur les coffrages (ou calepinages). Impulsez un léger mouvement de va et vient latéral avec la règle pour cisailler le béton tout en reculant.

Tirage du béton à la règle.

4.3/ Lissage

Une fois le béton mis en place, talochez la surface du béton à l’aide d’une taloche en effectuant des mouvements circulaires puis lissez soigneusement la surface à l’aide d’une lisseuse.
Peaufinez l’arrondi des rebords de la dalle à l’aide d’un fer à bord (encore appelé fer à marche).

Lissage du béton.

4.4/ Application du désactivant

Homogénéiser le produit avant utilisation en agitant énergiquement le bidon.

Après talochage et lissage du béton frais, pulvériser le désactivant avec un pulvérisateur spécifique de façon uniforme (couvrir comme une peinture), en une seule étape, sur toute la surface du béton à traiter.

Dans le cas de chantier de surface importante, ou en cas de température élevée appliquer le désactivant à l’avancement de la mise en œuvre du béton.

Application du désactivant.

Se reporter à la fiche technique produit pour connaître la quantité de désactivant à appliquer.

Prévoir en annexe du chantier, une surface d’essai (échantillon de béton pour test) d’au moins 1 m2 afin de vérifier le bon fonctionnement du pulvérisateur et d’évaluer au mieux l’échéance du début de lavage.

Ensuite, laissez durcir le béton !

5/ Lavage de la surface

Cette opération consiste à enlever la couche de laitance superficielle du revêtement qui aura été retardée par le désactivant, pour faire apparaître les graviers. La laitance est retirée à l’aide d’un nettoyeur à haute pression (de 100 à 150 bar maxi).

La plage pour effectuer le lavage débute selon les conditions climatiques (température, soleil, vent), entre 5 heures et 24 heures après le coulage du béton.

Avant lavage, faire un essai sur l’échantillon test. Si les granulats se déchaussent au lavage, réduire la pression de lavage ou augmenter le délai d’attente.

Adapter le lavage :

  • pression : 150 bar pour avoir de bons rendements ;
  • inclinaison du jet : environ 45° pour pousser les boues lavées ;
  • distance du jet par rapport à la surface : 20 à 40cm. Plus la lance est haute plus le jet est large mais plus la pression d’impact est faible ;
  • choix de la buse : la buse à jet plat est la plus adaptée pour pousser les boues (suivre les pentes). Utiliser la roto-buse si le béton est trop durci en surface.

Effectuer le lavage en aller-retour, de manière aussi régulière que possible.

Lavage du désactivant.

Les boues de lavage doivent être récupérées et les eaux filtrées (ex : faire un barrage de sable).

Finir par un rinçage à l’eau claire sans pression de façon à obtenir des gravillons bien propres et éviter qu’un voile de ciment ne se fixe sur la surface. Rincer jusqu’à ce que l’eau qui s’écoule soit bien claire.

6/ Sciez vos joints de retrait

Le sciage des joints de retrait doit être exécuté au plus tard 36h après le coulage. Ils doivent diviser la dalle à la manière d’un damier, en surfaces les plus carrées possibles. L’espacement entre 2 joints doit être de 5 m maximum.

Tracez l’emplacement des joints à l’aide d’un cordeau traceur.

Découpez ensuite les joints à l’aide d’une disqueuse munie de disque diamanté, réglée sur une profondeur de l’ordre du 1/3 de l’épaisseur de la dalle.

N’hésitez pas à vous aider de la règle de maçon pour guider la lame de la disqueuse.

Une fois les joints sciés, il ne vous restera plus qu’à décoffrer !

 

Bon à savoir : les joints de retrait ont pour but de canaliser la fissuration et sont particulièrement recommandés en cas d’angles rentrants (seuils de portes, regards, poteaux…)

Solution alternative pour réaliser les joints de retrait : des règles-joints en plastique moulé, positionnées avant coulage, peuvent également faire office de joints de retrait, tout en facilitant par ailleurs, le tirage à la règle du béton.

Et après ?

De la même façon qu’un béton ordinaire, laissez sécher au minimum 48h avant de décoffrer.

Une circulation piétonne modérée est possible après 3 jours complets de séchage.

Dans le cas d’une dalle carrossable, attendez 28 jours avant de rouler dessus. Ainsi, le béton aura le temps d’atteindre 100% de ses caractéristiques mécaniques.

Pour protéger durablement votre sol en béton désactivé contre les salissures naturelles et les taches, nous vous conseillons vivement d’appliquer en surface un produit de protection anti tâches.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à consulter notre page protéger une dalle en béton.

Voilà, vous savez tout sur la mise en œuvre du béton désactivé !

Certes sa mise en oeuvre est plus délicate qu’un béton normal, elle est cependant moins compliquée qu’un béton imprimé ou qu’un béton ciré. Si vous hésitez à vous lancer, ou bien en cas de surface à couvrir importante, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.