Mettre en oeuvre du béton imprimé

Comment mettre en œuvre du béton imprimé ?

Esthétique, durable, de bon rapport qualité/prix et facile d’entretien, nombreux sont les avantages du béton imprimé. Ce béton décoratif, qui a tout pour séduire, requiert cependant une technique de mise en œuvre particulière. Comment réaliser soi-même une dalle de beton imprimé pour une terrasse, une allée, une cour, une plage de piscine ou un patio ? Voici tout ce que vous devez savoir…

Présentation de la technique du béton imprimé

Connue aussi sous le nom de béton empreinte, la technique du béton imprimé consiste à appliquer une empreinte sur le béton encore frais de manière à imprimer un motif en relief.
Le choix des motifs des empreintes est très varié et permet tous types de décors. Ces empreintes, également appelées moules ou matrices, permettent d’imiter des matières naturelles d’un réalisme trompeur telles que les pierres, les pavés, la brique, le bois, l’ardoise, les galets. Pour des effets plus discrets, il existe également des « peaux » ou « textures » dont les reliefs plus légers permettent de structurer le béton. Vous pouvez également laisser libre cours à votre imagination avec des motifs inimitables, des combinaisons de motifs ou bien des incrustations telles que rosaces, rose des vents,  soleils…
La couleur du béton imprimé s’obtient par la combinaison des colorants durcisseurs qui sont saupoudrés et imprégnés en surface du béton frais et l’ajout d’un démoulant également coloré. Ce dernier évite l’adhésion des empreintes sur le béton frais et contribue à la coloration de la surface en se fixant dans les creux du relief ce qui crée des nuances.

La réalisation d’une dalle en béton imprimé

Voici les différentes étapes :

1- Préparation et coulage du béton

La préparation du support et la réalisation du coffrage sont tout à fait classiques (voir notre page « Réaliser une dalle béton en extérieur« ). Respectez notamment une épaisseur minimale de dalle 12cm, mettez en place une armature de type ST25C placée au 1/3 inférieur de l’épaisseur de la dalle, prévoyez des joints de désolidarisation (bandes de rive en mousse compressible) au niveau des points fixes et un polyane sur le support.

2- Commande de votre béton prêt à l’emploi

Calculer la quantité de béton nécessaire pour votre dalle.
Pour réaliser une dalle en béton imprimé, il est préférable de se faire livrer du béton prêt à l’emploi en toupie plutôt que de le faire à la bétonnière. Ceci afin d’avoir un béton homogène notamment au niveau du temps de prise, ce qui permettra de mieux appréhender le moment où l’on peut matricer le béton.
Vous pouvez demander des devis auprès des centrales à béton, ou faire une demande de devis directement sur ce site pour obtenir un devis sous 48h maximum.

3- Coulage du béton

A l’arrivée du camion, demandez au chauffeur de remalaxer le béton 2 minutes à vitesse rapide (pour un béton plus homogène).
Vérifiez que le bon de livraison corresponde bien à votre commande (la classe d’exposition notamment).

 

4- Mise en oeuvre

A/ Nivelez

Etalez votre béton au fur et à mesure, à l’aide d’un épandeur à béton.
Tirez le béton à l’aide d’une grande règle de maçon, en prenant appui sur les coffrages. Impulsez un léger mouvement de va et vient latéral avec la règle pour cisailler le béton tout en reculant.

B/ Talochez

Après passage de la règle, le béton est maintenant réparti mais sa surface est irrégulière. Il faut alors le talocher.

L’opération de talochage sert à :

  • éliminer des marques de règle ;
  • éliminer les cavités et les vagues ;
  • faire remonter la pâte de ciment pour permettre d’imprimer facilement le béton ;
  • débuller la surface du béton afin de garantir sa bonne durabilité.

Talochez tout d’abord les bords avec une taloche à main en magnésium. L’avantage du magnésium est qu’il ne colle pas au béton, il permet de bien faire remonter la pâte de ciment, et assure une légèreté et une grande longévité de l’outil.
Puis étendre le talochage à l’ensemble de la surface à l’aide d’une taloche magnésium grand modèle. Avec cet outil vous pourrez talocher le béton sur des grandes longueurs (jusqu’à 6 mètres sans avoir à monter sur le béton) en adaptant la longueur de manche. De plus, la rotule permet de régler l’angle de la taloche par simple rotation du manche lors du talochage.

Comment réaliser le talochage ?
Le talochage peut être réalisé immédiatement après passage de la règle dans le cas de dalles de surface limitée (< 10m2). Dans le cas de surface plus importante le talochage doit être réalisé au fur et à mesure du tirage du béton.
La taloche doit glisser sur la surface de béton. Inclinez très légèrement le rebord de la taloche pour diminuer la surface de contact. Inclinez l’outil vers vous lorsque vous le poussez et vers l’avant lorsque vous le tirez.
A ce stade du coulage, l’objectif est d’avoir un maximum de pâte (mortier constitué d’éléments fins) en surface afin de pouvoir imprimer facilement par la suite la surface de béton. Le talochage contribue à cet effet. En cas de difficulté à faire remonter les éléments fins en surface, on peut aider en passant le rouleau lissarde qui aide à faire plonger les plus gros granulats et à faire remonter la pâte.

C/ Peaufinez les bords

Passer le « quart de rond » ou « fer à bord » sur les bords de la dalle pour préparer l’arrondi.
Cet outil est spécifiquement conçu pour parfaire l’arrondi près du coffrage. L’apparence de votre dalle sera meilleure et cela évitera les épaufrures à long terme.
Passez cet outil avec un mouvement de va-et-vient sur une longueur de 30 à 60cm. Inclinez légèrement l’outil de la même façon que la taloche ou la lisseuse. N’appuyez pas trop sur le béton afin de ne pas générer des marques qui seront difficiles à enlever.

D/ Application de la 1ère passe de colorant durcisseur

La surface est désormais dressée sans être fermée.
Afin de donner une couleur de base à votre béton imprimé et de conférer une forte résistance à votre revêtement de sol, il est nécessaire d’incorporer en surface un colorant durcisseur qui se présente sous forme de poudre. Il existe une trentaine de couleurs de base, à partir desquelles il est possible de composer des nuances complémentaires. L’application du durcisseur se fait généralement en 3 passes successives avec talochage intermédiaire : les 2 premières pour couvrir et une 3ème pour retoucher, si nécessaire. L’application en une passe ne permettant pas d’assurer une bonne pénétration du colorant dans la masse du béton. La quantité totale de colorant à appliquer est d’environ 4 à 7 kg kg/m² pour que la teinte soit uniforme et que l’effet durcisseur de surface soit suffisant. Plus la couleur du colorant durcisseur est clair, plus grande sera la consommation.
Lors de l’application du durcisseur, il est impératif de porter un masque.
Agiter le seau de durcisseur avant utilisation afin d’aérer la poudre.
Effectuer un 1er poudrage de la surface en jetant le durcisseur à la main comme pour faire des ricochets à la surface de l’eau. La poudre doit rouler. Poudrer également les bords.

E/ Talochage du colorant durcisseur

Laisser la poudre s’imbiber complètement de l’eau de ressuage du béton qui remonte en surface. En s’imbibant, la couleur du durcisseur change (elle devient plus foncée). Une fois que toute la surface a changé de couleur, vous pouvez alors la talocher afin d’imprégner le colorant durcisseur dans la surface du béton.

F/ 2ème et 3ème passe de colorant durcisseur

Appliquer immédiatement la 2ème passe de colorant durcisseur. Talochez à nouveau pour bien mélanger et répartir le durcisseur qui a été rajouté.
Après ces 2 premières passes, on pourra constater les éventuels manques ou une mauvaise répartition à certains endroits. On remédie à cela en remettant une 3ème passe de colorant durcisseur là où c’est nécessaire, puis on taloche à nouveau pour imprégner le colorant durcisseur que l’on vient d’ajouter.
La couche de colorant durcisseur est désormais bien imprégnée à la surface du béton.

G/ Lissage de la surface

Après le talochage de la dernière passe de colorant, la surface est lissée afin de refermer la porosité de surface.
Le lissage de la surface s’effectue avec une lisseuse en acier bleui grand modèle. Avec cet outil vous pourrez lisser le béton sur des grandes longueurs (jusqu’à 6 mètres sans avoir à monter sur le béton) en adaptant la longueur de manche. De plus, la rotule permet de régler l’angle de la lisseuse par simple rotation du manche lors du lissage.
Comment réaliser le lissage ?
La lisseuse doit glisser sur la surface de béton, rien ne sert d’appuyer. Inclinez très légèrement le rebord de la taloche pour diminuer la surface de contact. Inclinez l’outil vers vous lorsque vous le poussez et vers l’avant lorsque vous le tirez. Croiser le mouvement si le chantier le permet.

Repasser le quart de rond sur les bords de la dalle afin de parfaire l’arrondi.
A ce stade, la surface doit être bien lissée et avoir l’aspect d’un béton coloré uniforme.

H/ Application du démoulant

Laisser « tirer » le béton en surveillant le séchage. Tester régulièrement, à différents endroits et avec un doigt, la souplesse du béton pour déterminer le bon moment pour imprimer.
Lorsque le béton commence à « tirer », bien aérer le seau d’agent démoulant et l’appliquer sur la surface du béton de sorte à recouvrir l’intégralité du durcisseur préalablement appliqué. Le démoulant est saupoudré à l’aide d’un balai applicateur (type brosse à encoller le papier peint), en une seule passe, et aussi uniformément que possible, à raison d’environ 100 g/m².
Saupoudrer également le démoulant en sous-face des matrices, en s’assurant que celles-ci soient parfaitement sèches.

Ne surtout pas talocher l’agent démoulant. En effet celui-ci joue le rôle de couche intermédiaire qui permet d’éviter que le béton ne colle aux matrices lorsqu’on les soulève. Il est généralement sous forme de poudre colorée.

Il a la particularité de rester dans les aspérités de l’empreintes pour donner un réel relief à votre réalisation et lui apporter un aspect patiné. Il existe également des démoulants liquides.

I/ Choix des matrices

Les matrices, appelées aussi moules ou empreintes, sont relativement rigides et fabriquées en polyuréthane. Elles doivent être choisies suivant le motif décoratif souhaité. La matrice va marquer la surface du béton frais et y reproduire la texture qui la compose.

Dans les endroits difficiles d’accès avec des matrices rigides (ex. le long des murs), prévoir des éléments de matrices souples de mêmes motifs décoratifs que les matrices plus rigides utilisées.
Selon la taille du projet à réaliser, pour travailler confortablement et ne pas se retrouver bloqué lors du matriçage, il vous faudra plusieurs matrices. Le minimum à détenir est un set de 3 matrices rigides et 1 flexible.

J/ Application des matrices

La réalisation du béton imprimé peut alors débuter.
Commencez l’application de la première matrice dans un coin, en prenant soin de partir en ligne droite par rapport aux repères que vous aurez pris soin de déterminer auparavant.
Marchez sur la totalité de la matrice appliquant une pression constante sur toute la surface et en évitant de vous approcher trop près des bords.
Appliquez l’empreinte suivante en respectant l’alignement et en prenant soin de l’imbriquer méticuleusement avec la première. Généralement les matrices ont des clés à leur bout qui permettent de les emboîter comme les pièces d’un puzzle. Marchez sur la totalité de la seconde matrice puis récupérez celle qui se trouve derrière vous et avancez progressivement sur la surface de béton ainsi de suite.

Finition lors du matriçage :
Avant d’enlever complètement une matrice, soulevez un coin pour vérifier si l’empreinte est bien marquée. Si le matriçage n’est pas suffisamment prononcé, reposer délicatement la matrice sans changer sa position et tapoter dessus aux endroits peu marqués. Revérifier une seconde fois avant d’enlever la matrice.
Pour les défauts plus localisés, un rouleau structurant peut être utilisé pour éliminer l’excédent de poudre et donner un certain relief à la surface.
Eliminer les bavures laissées entre deux matrices avec un fer à joint, le béton étant encore déformable.

Conseils et astuces :

  • Pour vos premières réalisations de sols en béton imprimé, se limiter à quelques m2 pour se familiariser avec la technique du béton imprimé.
  • Le moment où l’on peut commencer à matricer n’est pas évident à appréhender. Cela correspond sensiblement au début de prise du béton. Pour vous aider vous pouvez par exemple réaliser un petit échantillon en marge du chantier qui vous permettra de tester la portance du béton.
  • Il est important d’appliquer les matrices bien à plat sur la surface.
  • Afin d’appliquer une pression constante sur les matrices utiliser de préférence des chaussures à semelle plate, voire des patins de carreleur.
  • Pour retirer une matrice, la soulever par ses deux poignées bien verticalement pour ne pas abimer l’empreinte sur le béton frais.
  • Dans le cas où le béton a commencé à faire sa prise et que le moule ne marque pas assez la surface du béton, vous pouvez utiliser une dame.
  • Ne pas réaliser un béton imprimé sous de trop fortes chaleurs ou une température <5°c ou si risque de pluie.
  • Ne pas ajouter de retardateur au béton traditionnel.
  • Travailler par équipe de 3 personnes minimum et repérer à l’avance le cheminement à adopter pour imprimer sans mauvaises surprises.
  • Penser à faire le calepinage de vos empreintes avant de commencer impression et de prévoir à l’avance les endroits pour disposer les joints.

 

Une fois toute la surface matricée, laissez durcir le béton !

5- Nettoyage du démoulant

Le nettoyage doit être réalisé une fois que le béton est suffisamment dur, généralement le lendemain du coulage si la météo est clémente. Avant de nettoyer le démoulant, il est important de tester la dureté de la surface du béton, en le grattant avec un ongle. Si on arrive à enlever de la matière cela signifie que le béton n’est pas suffisamment dur. Dans ce cas il est préférable d’attendre un jour supplémentaire.

Le nettoyage s’opère de la façon suivante :

  • Récupérer par balayage à sec le maximum de résidu de produit démoulant.
  • Laver ensuite la surface. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un nettoyeur haute pression ou mieux encore de l’eau et une monobrosse équipée d’un pad ou d’une brosse à poils nylon (solution préférable car moins agressive pour la surface du béton).
Attention dans le cas de l’utilisation du nettoyeur haute pression de ne pas endommager le béton par un jet trop fort ou trop près de la surface.

Il est nécessaire d’enlever suffisamment de démoulant pour que le produit de protection anti tâches accroche bien par la suite.

6- Réaliser les joints de retrait

Les joints de retrait ont pour but de canaliser la fissuration du béton. Ils doivent diviser la dalle à la manière d’un damier, en surfaces les plus carrées possibles. L’espacement entre 2 joints doit être de 5 m maximum. Ils sont également à prévoir en cas d’angles rentrants (seuils de portes, regards, poteaux…).

Les joints de retrait peuvent être réalisés suivant différentes techniques :

  • par mise en place d’éléments de calepinage (pavés, briques) positionnées avant coulage.
  • par sciage du béton durci dans un délai de 6 à 48h après bétonnage :
    • Tracez l’emplacement des joints à l’aide d’un cordex.
    • Découpez ensuite les joints à l’aide d’une disqueuse munie de disque diamanté, réglée sur une profondeur de l’ordre du 1/3 de l’épaisseur de la dalle. N’hésitez pas à vous aider de la règle de maçon pour guider la lame de la disqueuse.

Une fois les joints sciés, vous pouvez décoffrer.

7- Protection de la surface du béton

Pour protéger durablement dalle contre les salissures naturelles et les tâches, il est conseillé d’appliquer en surface un produit de protection anti tâches.
Pour plus de détails sur l’application du produit de protection, voir notre page « Protéger une dalle en béton ».